Bryomonitoring Canada

Qui sommes-nous ?

Nous sommes un groupe de scientifiques de partout au Canada qui ont de l’expérience en bryologie (étude des mousses), en surveillance de la qualité de l’air et en initiatives de science citoyenne. Notre intérêt pour la mousse en tant qu’outil de biosurveillance nous a réunis pour entreprendre l’Initiative Canadienne de Bryosurveillance, malgré nos parcours différents !

Julian Aherne, Ph.D

School of the Environment
Trent University

Karen Golinski, Ph.D

Collections Curator,
Bryophytes, Lichens & Fungi
University of British Columbia

Nicole Fenton, Ph.D

Institut de recherche sur les forêts     Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Mélanie Jean, Ph.D

Département de Biologie
Université de Moncton

Jean-Philippe Bellenger, Ph.D.

Centre SÉVE
Chemistry department
Université de Sherbrooke

Phaedra Cowden, Ph.D candidate

Department of Soil Science
University of Saskatchewan

Tanner Liang, M.Sc

Professionnel de recherche
Trent University

Kayla Wilkins, M.Sc.

Professionnelle de recherche
Trent University

H. Cathcart, M.Sc.

Professionnelle de recherche
Trent University

Bryosurveillance

en bref

Bryosurveillance est un mot-valise de « bryophyte » et « biosurveillance ». Les mousses appartiennent au groupe des bryophytes, qui comprend également les hépatiques et les anthocérotes, et ont été utilisées comme outils pour surveiller les changements dans les écosystèmes. Les mousses n’ont pas de racines et tirent leurs nutriments directement de l’atmosphère, c’est pourquoi le projet canadien de bryosurveillance utilise les mousses pour surveiller les dépôts atmosphériques.

Le Canada présente un paysage difficile pour la surveillance des dépôts atmosphériques de polluants en raison de ses vastes étendues et nombreuses régions difficiles d’accès. Comme les mousses sont abondantes dans tout le pays, elles constituent un excellent outil de surveillance pour nous aider à comprendre le dépôt atmosphérique, mais nous avons besoin de participants comme vous pour aider à recueillir des échantillons partout !

Bryosurveillance
en pratique

Le protocole ICP-Vegetation

La bryosurveillance est utilisée avec succès depuis des années en Europe pour surveiller le dépôt de nutriments et de métaux lourds. Notre initiative canadienne s’est inspirée du ICP Vegetation, auquel plus de 50 pays fournissent des données. Nous espérons ajouter le Canada à la liste des pays qui participent à l’enquête de biosurveillance des mousses du PIC-Végétation.

Conformément au protocole du ICP-Vegetation, nous nous concentrerons sur deux espèces utilisées pour la biosurveillance et que l’on trouve partout au Canada et en Europe : Hylocomium splendens (hylocomie brillante) et Pleurozium schreberi (pleurozie dorée). À partir des tissus de ces deux mousses, nous pouvons déterminer la quantité de métaux lourds et de nutriments tombés dans l’atmosphère au cours des deux ou trois dernières années.

Science
citoyenne

Employer le pouvoir des esprits intéressés

La science citoyenne et communautaire est une recherche menée par des scientifiques amateurs (mais les scientifiques sont aussi les bienvenus !) en collaboration avec des scientifiques/chercheurs professionnels afin de mieux comprendre le monde naturel. Cela signifie que tout le monde peut prendre part à des recherches qui sont importantes pour les communautés locales et globales.

Ce projet est ouvert au public qui s’intéresse à la biosurveillance, à la qualité de l’air, à l’identification des mousses, ou qui souhaite simplement contribuer à la recherche scientifique. En utilisant une approche de science communautaire, nous tentons de rendre la science accessible au grand public et de favoriser de meilleures relations entre les citoyens (amateurs, étudiants, marcheurs, membres du grand public) et les scientifiques.

Nous remercions tous les participants car sans eux, nous ne pourrions pas couvrir un pays aussi grand que le Canada.

La qualité de l’air au Canada

La pollution par les métaux lourds est émise dans l’atmosphère à partir d’activités humaines telles que l’industrie, la production d’électricité et les transports. Les métaux lourds (comme le mercure) peuvent s’accumuler dans les écosystèmes au fil du temps et présenter des risques pour la santé de la faune et des communautés humaines.

Parmi les autres polluants atmosphériques figurent les nutriments, l’azote par exemple, qui peuvent être élevés en raison d’activités humaines telles que l’élevage et la fertilisation des cultures. Les impacts d’un dépôt d’azote élevé (appelé eutrophisation) dans l’environnement incluent la prolifération d’algues dans les plans d’eau, des changements dans les communautés végétales, une réduction de la biodiversité, et l’acidification.

Il est essentiel de surveiller la pollution par les métaux lourds et les nutriments qui se dépose dans les différentes régions du Canada afin de protéger notre santé et celle de nos écosystèmes.

À propos du projet

L’étude de bryosurveillance canadienne 2021-2022 comporte trois phases principales :

1: Échantillonnage sur le terrain

Pour obtenir une bonne représentation géographique de la qualité de l’air au Canada, nous espérons obtenir des échantillons de tout le pays. Nous avons choisi la carte 250k du Système national de référence cartographique (SNRC) pour diviser le pays en grilles, et nous espérons obtenir 1 à 5 échantillons dans chaque grille. La taille des grilles du SNRC varie en fonction de leur emplacement au Canada, mais elle est d’environ 100 km sur 150 km. Nous suggérons de choisir des sites d’échantillonnage distants d’environ 20 km les uns des autres pour obtenir une meilleure représentation spatiale.

2: Analyse en laboratoire

À la Trent School of the Environment de Peterborough, en Ontario, nous analysons la mousse pour déterminer les concentrations de métaux lourds : arsenic, cadmium, chrome, cuivre, fer, plomb, mercure, nickel, vanadium, zinc, aluminium et antimoine. L’analyse sera effectuée par spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif (ICP-MS) au Water Quality Centre de l’Université Trent.

3: Résultats & publications

La science citoyenne est un effort public, et par conséquent nos résultats et toutes les publications seront disponibles ici, pour que tout le monde y ait accès. Restez à l’écoute ou rejoignez la liste de diffusion pour savoir quand les données seront publiées.

Vous avez d’autres questions ?

Visitez notre page de contact ou envoyez-nous un courriel à webmaster@bryomonitoring.ca.

Vous pouvez aussi nous suivre sur les médias sociaux :